Suivre l’activité internationale d’un clin d’œil

La tentation est grande lorsque l’on dresse un panorama d’une activité au niveau mondiale d’utiliser un fond de carte de type mappemonde. Connues de tous, les formes géographiques des continents ne laissent aucune place à l’ambiguïté. Ceci présente un avantage non négligeable car par nature, ce fond de carte constitue une grille de lecture structurante pour notre œil. En effet, nous sommes habitués depuis notre plus tendre enfance à savoir où se situe la France et les autres grands pays (à tout le moins pour les grands blocs / pays).

La difficulté vient ensuite de placer de manière agréable, lisible et efficace les valeurs des indicateurs suivis. Pour notre 1er exemple (j’en posterai un 2ème la semaine prochaine), attachons-nous à décomposer la représentation utilisée par le Financial Times pour le suivi des indices financiers.

Tableau de bord des places financières internationales

Tableau de bord des places financières internationales

D’une manière générale, et bien que cette représentation soit interactive (source accessible ici), je suis assez peu convaincu par cette représentation. Certes le fond de carte est bien présent mais :

  • la surabondance et les chevauchements entre les différents blocs de valeur brouillent la perception d’ensemble
  • la codification couleur n’est pas nécessairement aidante (l’échelle de valeur proposée n’est pas discriminante visuellement de part la taille des libellés sur lesquels elle s’applique)
  • il n’y a pas de légende pour expliquer les fonds gris de certains libellés
  • si la taille de la police de caractère est proportionnelle à une caractéristique (capitalisation boursière ou autres) ce n’est pas intuitif pour le lecteur

D’une manière générale, dès lors que l’on optera pour un fond de carte géographique, un soin particulier devra être apporté à la conception des formes visuelles que l’on utilisera pour restituer les valeurs des indicateurs.

Share/Save/Bookmark

Leave a Comment