Pas de torticolis entre nous

Wired Magazine reprenait récemment une étude parue dans le journal « Atmospheric Chemistry and Physics » sur différentes méthodes envisagées pour combattre le réchauffement climatique. Sur base des données fournies, et pour visualiser quelles méthodes seraient les plus efficaces, le graphique suivant a été élaboré :

Graphique original de Wired

Graphique original de Wired

Classique dans sa conception, il donne cependant un quasi-torticolis au lecteur. En effet, les libellés de chacun des barres composant l’histogramme sont orientés à 45°… D’où un vacillement incessant de la tête entre le libellé et la hauteur de la barre pour reconstituer mentalement le graphique.

Effet sur vos lecteurs

Effet sur vos lecteurs

L’élaboration d’une légende appropriée et le placement adéquat des libellés ne sont jamais le résultat de choix anodins. Il est nécessaire d’investir un peu de son temps sur ces aspects pour être en mesure de proposer un graphique agréable et percutant.

L’autopsie de ce graphique nous donne les éléments suivants :

  • Plusieurs composants mutuellement exclusifs
  • Libellés long, difficilement réductibles
  • Recherche du positionnement des éléments entre eux
  • Résultat spot, sans notion d’évolution dans le temps
  • Mise en avant de 2 seuils d’efficacité (1,6 et 3,71 Watts par m2) pour combattre le réchauffement climatique (aujourd’hui et en cas de doublement du taux de CO2)

En reprenant ceci, on peut concevoir un graphique alternatif de type « Dot Plot ». Ce type de représentation est plus lisible et évite au lecteur cet effet torticolis.

Une version sans effet de torticolis

Une version sans effet de torticolis

NB : L’image de fond d’écran du graphique original a été délibérement retiré pour éviter de “polluer visuellement” la représentation des données… Dans la lignée d’Edward Tufte … “no chartjunk please”

Source : http://blog.wired.com/wiredscience/2009/01/georank.html

Share/Save/Bookmark

4 Comments

  1. Florent F. Says:

    Bonjour,

    Merci pour ce blog qui s’annonce très prometteur par la qualité des premiers articles qu’il contient..! ;-)

    Je suis assez convaincu par la remise en forme que vous avez effectué… J’avais fait le même graphique (que la présentation initiale) sur une analyse de Pareto et effectivement je ne trouvais ça pas “top”.

    En revanche j’ai du mal à me projeter une analyse Pareto avec cette nouvelle mise en forme. Le graphique de Pareto appel à notre cadre de référence et j’ai peur que d’inverser les axes supprime des repères et rende la compréhension plus difficile.

    Qu’en pensez vous ?

    Au plaisir de vous lire.

  2. admin Says:

    Merci pour votre commentaire. La question que vous soulevez nous renvoie au test d’efficacité de la représentation choisie. Le lecteur peut-il assimiler rapidement l’information et adhérer aux conclusions ou bien alors est-il perturbé par la représentation adoptée ?

    Le diagramme de Pareto est généralement construit selon les principes suivants:
    * Tri des différents composants de l’univers étudié par ordre décroissant de valeur
    * Calcul du cumul progressif de ces valeurs (1er composant : valeur 1, 2ème composant : valeur 1 + valeur 2 etc…)
    * Eventuellement, conversion de ces calculs en % exprimé par rapport à la somme des valeurs de l’ensemble des composants

    Vous avez raison de souligner que nous nous attendons, culturellement, à voir un graphique Pareto avec une courbe en forme de demi-parabole atteignant rapidement une certaine hauteur puis une croissance faible mais continue…. jusqu’à atteindre les 100% du cumul. Comme vous, je serai sans doute surpris de voir le Pareto représenté sous un format différemment.

    Mais pour répondre à la question « un graphique en Pareto est-il adapté dans le cas présent », il me paraît important de revenir à l’examen des données étudiées.

    En effet, l’article compare l’efficacité de différentes méthodes pour lutter contre le réchauffement climatique. N’étant pas expert de ce domaine, il me faut pour envisager un Pareto, être certain que si l’on décide de mettre en œuvre plusieurs méthodes en même temps, l’efficacité de l’ensemble des méthodes est bien égale à la somme des efficacités des mesures individuelles.

    S’il existe des interactions (positives ou négatives) affectant l’efficacité de la combinaison de méthodes, alors un Pareto ne peut, à mon sens, s’appliquer.

  3. Florent F. Says:

    Bonjour et merci pour votre retour,

    Mais je pense que j’ai du mal m’exprimer car ma question n’était pas de savoir si sur l’exemple que vous donniez le Pareto avait sa légitimité.

    Ce que je voulais dire c’est que j’avais moi-même réalisé un Pareto avec des libellés très long et en diagonal, ce qui rendait mon graph peu lisible (comme le premier montré).
    Et donc je me demandais si faire un pareto en inversant les axes comme vous l’avez fait sur cette exemple n’amenait pas plus de confusion (du fait que la courbe soit connu et attendu) que les libellé en diagonal qui sont peu lisible mais qui respect la “convention” du Pareto connu.

    Salutations.

  4. admin Says:

    Comme vous, je ne pense pas qu’il faille tordre la logique du pareto en inversant les axes.

    En revanche, il est peut être envisageable de placer les libellés des 20% directement horizontalement à la gauche du point correspondant sur la courbe et en placant l’échelle des Y (0 à 100%) à droite de la courbe.

    Je vais essayer de concevoir une telle représentation pour un prochain thème…

Leave a Comment