Cultiver sa curiosité pour mieux s’adapter en entreprise

Nous vivons dans un monde hyper-connecté où la mondialisation des échanges et des savoir-faire n’est plus une théorie mais une réalité bien tangible. La conséquence la plus directe pour nous, en tant que professionnels, est que nos parcours de carrière ne ressembleront en rien à ceux, plus linéaires, qu’ont connus les baby-boomers.

Nos capacités d’adaptation et de rebond seront des atouts clefs pour conduire notre barque au travers des embuches, crises financières et autres joies que nous réserve un monde de l’entreprise en constante mutation.

Parmi les différents facteurs explicatifs d’une grande capacité d’adaptation et de rebond, nous pouvons en isoler certains qui sont plus faciles à cultiver que d’autres. La curiosité est l’un de ces facteurs. Elle peut d’ailleurs être considérée comme la mère d’autres facteurs que sont la créativité, la capacité de synthèse et la capacité de syncrétisme.

Cultiver sa créativité est essentiel. Lorsque l’on s’amuse à mesurer l’écart entre les notions et techniques apprises au cours de notre parcours académique et celles que nous utilisons au quotidien, l’abîme peut paraitre large !

Etre curieux, c’est savoir avant tout se discipliner à garder un œil ouvert sur ce qui se passe autour de nous :

  • Rechercher régulièrement les nouveautés et proposition des blogs, livres et autres articles traitant des disciplines qui constituent le cœur de notre métier.
  • S’informer sur ce que font nos concurrents, ce qu’ils publient comme études ou livres blanc.
  • Se mettre à la page des dernières avancées théoriques telles que présentées par les grands penseurs académiques (ex: le Harvard Business Review) ou par les grands cabinets de stratégie et de conseil (ex : la newsletter McKinsey ou les études sectorielles ou métiers publiés par des acteurs comme Deloitte, Bearingpoint, PwC…).
  • Constituer progressivement un recueil de ces nouveaux apprentissages, doux mélange entre Wikipedia, une boite à idée et un carnet de réflexion.

La curiosité est un trait fondamentalement humain mais elle peut être vite émoussée par un quotidien dense ou répétitif. Je reste intimement persuadé qu’il est possible de booster progressivement une curiosité léthargique. C’est un peu comme un sudoku mental, il suffit juste d’un peu de discipline et de volonté pour se remettre dans la partie.

Les bénéfices sont nombreux, en dehors du côté intellectuellement stimulant d’un nouvel apprentissage, on est en outre capable de jeter un œil nouveau sur notre situation professionnelle. En gardant contact avec les évolutions qui nous entourent, nous projetons une aura plus forte et augmentons ainsi non seulement notre valeur perçue par l’organisation (en étant force de proposition) mais aussi notre capacité à imaginer des alternatives aux crises que nous serons obligés d’affronter.

Et vous, que faîtes-vous pour cultiver votre curiosité ?

Share/Save/Bookmark

Leave a Comment